L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 14 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
Fitch_Ratings.jpg

Ce document interactif permet d'accéder à une multitude d'informations pratiques. A conserver sur le bureau.

Télécharger le document

Date de publication: 14 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
Coe_Rexecode.jpg

Selon Rexecode, le niveau du commerce international a rattrapé le niveau d'avant-crise. Avec de nombreux indicateurs comme le transport aérien et le PNB des pays émergents, cette information vient conforter le camp des optimistes sur le futur économique proche. Les pessimistes observent que les Banques restent fragiles, la demande faible en Occident, l'immobilier fragile en Chine etc...

Télécharger le document

Télécharger le document

Date de publication: 14 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
Assemblee_Nationale.jpg

Le dossier parlementaire est consultable sur le site de l'Assemblée Nationale.

Consulter le dossier retraites

Télécharger le dossier

Télécharger le document

Date de publication: 13 sept. 2010
Auteur: PNS
Noter cette article :

Rendement de l'argent, taux d'intérêt & recapitalisation des banques

Vieux sujet fondamental de l'économie, la rentabilité du capital est aujourd'hui l'un des deux enjeux de la sortie de crise avec l'extension des changes flottants à la Chine, c'est-à-dire, la réévaluation du Yuan.

On connaît bien l'injonction ambiguë du Christianisme et de l'ensemble des religions "abrahamiques" : faites fructifier votre capital (la parabole des talents etc.) tout en interdisant le prêt à intérêt. Cette contradiction entre l'économie monétaire et l'économie « réelle » a perduré jusqu'aux « temps modernes ».

Les Juifs, pour survivre dans les pays musulmans et chrétiens devenaient usuriers par nécessité dès le Moyen Âge, puis les protestants et les catholiques se laissaient convaincre de la nécessité de l'intérêt dès la fin de la Renaissance; enfin les musulmans rejoignent progressivement au XX° et XXI° siècle cette monétarisation de l'économie et de la nécessité de faire fructifier ses biens.

Ce débat sur l'existence d'un intérêt a souvent occulté le débat sur le montant de cet intérêt. Dès le Moyen Âge, les princes pragmatiques ont tenté d'encadrer ces taux. Et il existe aujourd'hui un taux maximum, qualifié d'usure. Mais qu'en est-il du rendement "normal" du capital ? Est-ce un, deux ou 10% au dessus du taux de l'inflation ? Les marchés donnent des indications conjoncturelles sur cette question, mais peu de données sûres. L'histoire n'est guère plus précise mais il en ressort qu'un taux d'intérêt réel de 2 à 5% par an est "humain"

Depuis 20 ans, les organismes financiers, les banques principalement, s'efforcent d'apporter à leurs actionnaires une rentabilité toujours plus élevée, sans pour autant qu'il y ait un risque réel associé à ce rendement élevé ! Que l'entrepreneur à risque, depuis le capitaine des galères de Venise jusqu'aux défricheurs des nouvelles technologies, gagnent de haut rendement sur un capital très risqué, cela est "normal" et constitue la rémunération du risque.

Que l'actionnaire d'une grande Banque demande une rentabilité à long terme qui soit réellement supérieure à ces pourcentages séculaires, cela devient atypique.

La remise à niveau des ratios bancaires conduisant peu ou prou, à multiplier par deux les fonds propres nécessaires et donc à diviser par deux leur rentabilité nette (approximativement) est donc dans l'ordre des choses du point de vue de l'histoire. Mais cela ne veut pas dire que ce sera chose facile à mettre en oeuvre, ni que cela se réalisera sans poser quelques graves problèmes.

Un espoir vient des marchés qui acceptent un rendement long de 2,5% sur la dette publique tandis qu'ils attendent 10% d'une entreprise privée à risque modéré. Une Banque privée à risque quasi-nul, vaut bien les futurs 5% post dilution !

Date de publication: 13 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

L'Observatoire des Finances Locales a publié son rapport annuel dans lequel il fait le point sur les tendances passées.

La principale information qui en ressort est que la fiscalité locale a été épargnée en 2009 par la récession du fait même du mode de calcul des bases fiscales.

Ainsi, pendant que les bases de la taxe d'habitation et des taxes foncières ont pu rester stables bénéficiant d'une revalorisation forfaitaire, les bases de la taxe professionnelle intègrent elles les effets de la conjoncture économique avec un décalage de deux ans (années pleines).

Outre une analyse des comptes administratifs 2009 des collectivités locales est également traitée à travers ce rapport.

En bref, le rapport 2010 de l'OFL est une nouvelle fois une mine d'informations.

Télécharger le Rapport 2010

Date de publication: 13 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

La banque de France a publié son rapport mensuel sur la balance des paiements de la France.

Il en ressort qu'en juillet, le déficit des transactions courantes atteint 2,2 milliards après 2,7 milliards en juin. Dans le compte financier, les sorties nettes d'investissements directs s'établissent à 1,5 milliard après 8,4 milliards en juin. Les investissements de portefeuille enregistrent des sorties nettes de capitaux de 9,4 milliards après des entrées nettes de 38,2 milliards. Les autres investissements affichent des entrées nettes de capitaux de 35,3 milliards après des sorties nettes de 58,2 milliards.

Télécharger le Rapport 2010

Télécharger le document

Date de publication: 11 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
SEC.jpg

Suite au grave disfonctionnement du 6 mai (chute de l'indice de plus de 25% pendant quelques minutes) la SEC a décidé de mettre en place un système amélioré de coupe-circuit ligne par ligne.

Consulter la décision

Liste "Russel"

Date de publication: 11 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
ADIT.jpg

L'ambassade de France au Japon vient de réaliser une étude sur l'internet des objets. Vaste univers qui est en train de bouger.

Télécharger le document

Plan

Introduction

1. L'Internet des Objets et l'Informatique Ubiquitaire

1.1 Définition du sujet et du vocabulaire

- L'idée générale : l'Informatique Ubiquitaire

- Le support physique : l'Internet des Objets

- Entre l'Homme et l'Objet : l'Intelligence Ambiante

- Du bon usage du vocabulaire

1.2 L'Internet des Objets, bilan concret et applications

1.2.1 De l'intérêt "d'étiqueter" le monde qui nous entoure

1.2.2 Choisir le bon tag, une question d'usage

1.2.3 Des technologies variées en fonction de l'utilisation prévue

- Le code-barres

- Les codes-barres à deux dimensions, l'exemple du QR Code au Japon

- Les tags RFID ou radio-étiquettes

- Du RFID à l'Internet des Objets

1.2.4 Que faire avec tous ces objets étiquetés ? Du quotidien à la science-fiction

- Les choses qui commencent à bouger : Dans la distribution - Dans l'agro-alimentaire - Dans la logistique - Dans l'industrie pharmaceutique

- Assistance à l'autonomie et domotique : Pour la santé - Pour la domotique, les maisons intelligentes - Pour les transports

- De l'émergence de l'Intelligence Ambiante

1.2.5 Acteurs clés et tentatives de standardisation

- Ken Sakamura et l'Ubiquitous ID Center

- L'Auto-ID Lab, EPCglobal et l'EPC

- uID et EPC, analyse comparée des deux modèles

- IPv6 : internet s'agrandit

1.3 Le développement de l'Internet des Objets

1.3.1 Les macro-tendances

1.3.2 Les éléments facilitants

- L'aspect énergétique

- Rendre les objets "intelligents"

- Des progrès dans les moyens de communication

- Mieux intégrer l'Internet des Objets dans les objets eux-mêmes

- Le casse-tête de l'interopérabilité

- Qu'attendre des standards ?

- Un mot sur l'industrialisation

1.3.3 Les potentiels freins au développement

- La question de la gouvernance

- Sécurité et vie privée

2. L'exemple du Japon, un pays qui a beaucoup misé sur l'ubiquitaire

2.1 L'historique des réformes : leurs ambitions et leur impact sur la société

- Mieux comprendre l'attachement des Japonais à la technologie

- 2000-2005 : Le plan e-Japan

- 2005-2010 : Le plan u-Japan

- 2010-2020 : La ICT Restoration Vision (Haraguchi Vision 2.0)

2.2 Etat des lieux de la recherche en 2010

- Des financements parfois irréguliers

- Deux exemples de projets remarquables

* Le projet TRON de Sakamura

* Le projet Live-E! de Hiroshi Esaki

* Des projets menés par des personnalités de premier plan

- Le projet WAUN, un exemple de recherche menée dans l'industrie

- The World of Mushrooms : NTT propose sa définition de l'Intelligence Ambiante

2.3 Bilan de l'ubiquitaire au Japon en 2010

3. La ville numérique : l'aboutissement de l'ubiquitaire

3.1 Des chantiers ponctuels qui attirent beaucoup d'attention

3.2 New Songdo City : le projet le plus ambitieux

3.3 Masdar : l'éco-ville des Emirats Arabes Unis

3.4 Dongtan : quand la Chine confond vitesse et précipitation

3.5 Le choix japonais : construire le futur pas à pas

Conclusion

Compléments bibliographiques

Mots-clés :
Yen (Yen)
Date de publication: 11 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
ADIT.jpg

L'amabssade de France à Tokyo vient de publier un résumé de l'étude de la NEDO sur les technologies des énergies renouvelables au Japon et dans le monde.

Télécharger le document

Extrait :

L'accent est donc mis sur le développement des solutions techniques qui font la force des entreprises japonaises, à savoir les modules photovoltaïques, les éoliennes, et les technologies qui utilisent la biomasse, sans pour autant négliger celles qui permettront un accès à des énergies non encore utilisées, telles que l'énergie des océans. Mais quel que soit le degré de maturité des technologies, le même problème apparaît sans cesse : le coût élevé de production qui rend ces nouvelles énergies peu compétitives faces aux énergies fossiles. De nombreux efforts restent donc à fournir avant d'arriver à la parité économique du réseau. Ces efforts valent la peine d'être consentis au regard du potentiel de développement économique que représentent les nouvelles énergies.

Date de publication: 10 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :
Cour_des_Compte.jpg

La Cour des comptes vient de publier son rapport annuel sur l'application des lois de financement de la Sécurité sociale dans lequel elle déplore que "l'enjeu lié aux niches sociales reste insuffisamment reconnu et ces dispositifs trop peu évalués".

Il est également précisé dans ce rapport que les 178 dispositifs d'exonération, d'exemption, de réduction de taux ou d'abattement d'assiette représentaient 67 milliards d'euros de pertes de recettes il y a un an, contre 58 milliards d'euros en 2005. Les mesures ont bien été prises mais pour des résultats modestes, en raison du nombre trop limité des niches concernées et de la création concomitante de nouveaux dispositifs. Au final, "le coût des mesures nouvelles s'est révélé plus élevé que celui des révisions".

Télécharger le rapport complet

Télécharger par partie :

Résumé officiel :

Défini notamment par l'article LO 132-3 du code des juridictions financières, le rapport annuel sur l'application des lois de financement de la sécurité sociale présente le résultat des travaux de la Cour des comptes sur la sécurité sociale.

Dans une première partie, la juridiction analyse les comptes de la sécurité sociale de 2009. Elle rend son avis sur la cohérence des tableaux d'équilibre et analyse l'ensemble des comptes des organismes inclus dans le champ des lois de financement de la sécurité sociale (LFSS) puis examine les conditions de réalisation de l'ONDAM,

pour 2009 notamment. Compte tenu des enjeux pour l'équilibre des comptes, le suivi des recommandations précédentes est ciblé cette année sur l'évaluation et la maîtrise des « niches sociales ».

Une deuxième partie est consacrée à l'examen de la gestion des organismes de sécurité sociale (OSS). Elle comprend la synthèse des contrôles effectués dans le cadre du réseau d'alerte, mais aussi plusieurs enquêtes thématiques portant successivement sur le système d'information de la branche maladie du régime général, l'absentéisme maladie dans les organismes, la lutte contre la fraude aux prestations sociales, enfin le fonctionnement des commissions de recours amiable (CRA). Une analyse particulière de la protection sociale dans les industries électriques et gazières est également présentée.

Une troisième partie est relative à la gestion des risques. Pour la branche maladie, trois insertions concernent successivement la situation financière des hôpitaux publics, la politique d'équipements en imagerie médicale, les soins dentaires.

Deux insertions concernent la branche retraite : la première traite des décotes et surcotes dans les pensions de retraite, la seconde de l'invalidité et de l'inaptitude au travail dans le régime général. Pour la branche famille, une insertion analyse les aides publiques apportées aux familles monoparentales. Une insertion aborde enfin, de manière transversale, divers aspects internationaux de la sécurité sociale.

Dans leur diversité, les travaux de la Cour mettent souvent en évidence l'ampleur des évolutions récentes mais aussi, à chaque fois, la nécessité de réformes complémentaires, indispensables notamment du fait du contexte financier très dégradé.

C'est pourquoi la Cour prolonge ses constats par une série de recommandations, dont elle assurera le suivi.

Télécharger le document

Date de publication: 10 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

Au mois de juillet 2010, la production de l'industrie manufacturière a augmenté de 1,4 % en volume. Elle avait baissé de 1,2 % en juin. La production de l'ensemble de l'industrie a quant à elle augmenté de 0,9 % (après une baisse de 1,7 % en juin) d'après le rapport mensuel publié ce vendredi par l'INSEE.

Télécharger le Rapport

Indices de la production industrielle

 : Indices de la production industrielle

Légende : CZ : industrie manufacturière - (C1) : IAA - (C3) : équi-pements électriques, électroniques, informatiques ; machines - (C4) : matériels de transport - (C5) : autres industries

Sources : INSEE, SSP, SOeS

Télécharger le document

Date de publication: 10 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

La Fédération du e-commerce et de la Vente à Distance a publié ce matin son rapport semestriel dans lequel elle fait un le bilan plutôt positif du e-commerce au T2 2010.

Principales informations qui ressortent du rapport :

  • Le commerce électronique a progressé de 29% au cours du 1er semestre 2010 par rapport au 1er semestre 2009. Cette croissance est supérieure à celle enregistrée au cours de l'année 2009 (+25%)
  • Le commerce électronique a progressé de 29% au cours du 1er semestre 2010 par rapport au 1er semestre 2009. Cette croissance est supérieure à celle enregistrée au cours de l'année 2009 (+25%).
  • Sur les 12 derniers mois, le nombre de sites marchands actifs a progressé de 29%. On compte désormais 70 200 sites marchands contre 54 200 il y a un an, soit 16 000 nouveaux sites marchands créés au cours des 12 derniers mois.
  • Le nombre de transactions par carte a augmenté de + 26% au cours du semestre.
  • Au total avec 14,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires e-commerce réalisé pour le 1er semestre 2010, ce sont près de 156 millions de transactions qui ont été enregistrées par les sites de e-commerce.
  • Le montant moyen de la transaction se maintient à un niveau élevé à 93€ euros proche du record du 1er trimestre 2008 (94 €). Sur un an, le montant moyen de la transaction qui était passé sous la barre des 90€, a progressé de +4%.
  • Au cours du dernier semestre, les sites du panel iCE 30 ont vu leur chiffre d'affaires global augmenter de 14% sur un an (contre 7% au 1er semestre 2009). Ils retrouvent ainsi en 2010 un niveau de croissance comparable à l'année 2008 (16%). Cette croissance profite de la très bonne tenue du e-tourisme en hausse de 18%, tandis que les ventes aux professionnels renouent avec une croissance à deux chiffres à +15% (vs -3% au 1er semestre 2009).(L'indice iCE, calculé à partir des données recueillies auprès de 40 sites marchands (issus du top 10 de leur secteur), permet de mesurer la croissance des sites leaders à périmètre constant.)

Lire le Rapport

Date de publication: 9 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

l'INSEE et Pôle Emploi ont publié ce matin son rapport trimestriel dans lequel elle observe une amélioration du marché du travail en France au deuxième trimestre, mais le tassement de la reprise ne permet pas d'envisager de véritable rebond de l'emploi hors intérim au second semestre selon ces données.

L'INSEE compte 26.200 emplois créés au deuxième trimestre. Mais Pôle emploi s'attend à un fléchissement de la tendance au deuxième semestre.

L'emploi salarié marchand a ainsi progressé de 0,2 % au premier comme au deuxième trimestre, pour atteindre un niveau de 15.913.800 de personnes à la fin juin.

Il reste toutefois en baisse sur les 12 derniers mois, avec 27.300 postes de moins (-0,2 %) qu'à la fin du deuxième trimestre 2009.

L'emploi dans les services a augmenté de 0,4 % au second trimestre, soit 47.400 postes créés, avec une hausse de 5,3 % (27.600) postes pour l'intérim, selon l'Insee.

Emploi salarié des secteurs principalement marchands

 : Emploi salarié des secteurs principalement marchands

Insee, estimations d'emploi

Télécharger le rapport

Télécharger le document

Date de publication: 9 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

Le Forum économique mondial (World Economic Forum) a publié ce matin son rapport 2010-2010 sur la compétitivité.

Comme pour les précédentes années, la Suisse reste en tête du palmarès de la compétitivité économique mondiale.

La France quant à elle a gagné une place au détriment de l'Australie, elle passe donc en quinzième position alors que les États-Unis poursuivent leur recul, passant du deuxième au quatrième rang.

Si la France a pu gagner une place, c'est grâce notamment à ses infrastructures, parmi les meilleures du monde, la qualité de sa main d'oeuvre, ainsi que la qualité et la richesse offertes par son système éducatif, note le rapport.

Selon le rapport 2010-2011 sur la compétitivité, la Suède est passée de la quatrième à la deuxième place du classement, et comme l'an dernier, le podium est complété par Singapour.

Télécharger le Rapport 2010-2011

Télécharger le document

Date de publication: 9 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :

Le Groupe BP a publié hier son analyse de l'accident de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon et met en cause les sous-traitants qui opéraient cette plate-forme : Haliburton et Transocean.

Télécharger le rapport complet

Annexe A...

Annexe B...

Autres annexes

Extraits :

This report presents an analysis of the events leading up to the accident, eight key findings related to the causal chain of events and recommendations to enable the prevention of a similar accident. The investigation team worked separately from any investigation conducted by other companies involved in the accident, and it did not review its analyses, conclusions or recommendations with any other company or investigation team. Also, at the time this report was written, other investigations, such as the U.S. Coast Guard and Bureau of Ocean Energy Management, Regulation and Enforcement Joint Investigation and the President's National Commission were ongoing. While the understanding of this accident will continue to develop with time, the information in this report can support learning and the prevention of a recurrence.

.../...

1 The annulus cement barrier did not isolate the hydrocarbons.

2 The shoe track barriers did not isolate the hydrocarbons.

3 The negative-pressure test was accepted although well integrity had not been established.

4 Influx was not recognized until hydrocarbons were in the riser.

5 Well control response actions failed to regain control of the well. S

6 Diversion to the mud gas separator resulted in gas venting onto the rig.

7 The fire and gas system did not prevent hydrocarbon ignition.

8 The BOP emergency mode did not seal the well.

Télécharger le document

Date de publication: 9 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
Banque_de_France.jpg

Article théorique très intéressant sur la stratégie de la BCE.

Télécharger le document

Résumé officiel :

Cet article examine l'art du central banking de la BCE en reprenant la distinction proposée par Goodfriend (2009) entre les trois politiques qui sont du ressort d'une banque centrale : la politique monétaire qui consiste à faire varier la taille de son bilan ; la politique du crédit qui consiste à en modifier la structure et la politique de taux d'intérêt qui consiste à modifier les taux sur la facilité de prêt marginal et sur la facilité de dépôt. La « littérature » théorique souligne l'existence d'un principe de séparation entre la première, orientée vers la stabilité monétaire, et les deux autres politiques, orientées vers la stabilité financière identifiée au bon fonctionnement du marché monétaire interbancaire ; elle montre en particulier qu'une banque centrale non seulement a la possibilité mais doit s'efforcer de séparer la conduite de sa politique monétaire, qui doit être fondée sur la recherche de la stabilité des prix à moyen et long terme, de sa politique du crédit, qui obéit à des impératifs de court terme et consiste à approvisionner le système bancaire en liquidité en cas de chocs transitoires sur la demande de monnaie. Le principe de séparation, qui a guidé l'action de la BCE durant la première phase de la crise, est devenu de plus en plus difficile à maintenir quand les taux d'intérêt se sont rapprochés de zéro. Les mesures non conventionnelles adoptées par la BCE ont en effet créé une interférence entre sa politique monétaire, sa politique du crédit et sa politique de taux d'intérêt.

Télécharger le document

Date de publication: 9 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :

L'ambassade de France en Slovaquie dresse un tableau détaillé des efforts de ce pays doublement "neuf" (issu de la scission de la Tchécoslovaquie + ancien pays de l'Est) pour mettre en place une recherche à la hauteur de l'Europe. Malgré des efforts importants les dépenses de recherche évoluent moins vite que le PNB !!

Télécharger le rapport

Plan du rapport :

1. La politique de l'Etat dans le domaine des sciences et techniques

1.1. Présentation

1.2. Les priorités du nouveau Gouvernement pour la recherche

2. Structures de la recherche

2.1. Présentation

2.2. L'Académie Slovaque des Sciences (SAV)

2.3. La recherche rattachée à l'Enseignement supérieur

2.4. La recherche dirigée par les ministères

2.5. La recherche dans le secteur privé

3. Personnel de Recherche et Développement

4. Performances et domaines scientifiques

4.1. Performances de la recherche

4.2. Types de recherche et domaines scientifiques

5. Le financement de la recherche

5.1. Dépenses globales en matière de R&D

5.2. Budget public de la recherche

5.3. Financements de la recherche privée

5.4. Financements internationaux

6. Coopération internationale

6.1. Coopérations franco-slovaques en matière de recherche

6.2. La coopération multi et bilatérale slovaque en matière de recherche

Annexes :

- Contacts utiles

- Liens utiles

- Classement des universités slovaques

- Acronymes

Date de publication: 8 sept. 2010
Auteur: MPE
Noter cette article :
SEC.jpg

La SEC vient d'engager une procédure judiciaire contre un conseiller financier (Neal Greenberg - Colorado) qui avait entraîné des personnes âgées dans des souscriptions de hedge funds.

Télécharger l'acte d'accusation

Résumé / extrait officiel

"Greenberg misrepresented the diversification, risks and fees involved with investing in the Agile hedge funds to conservative investors who were dependent upon their investment income for some or all of their living expenses," said Donald M. Hoerl, Director of the SEC's Denver Regional Office. "Greenberg's unsuitable recommendations and misrepresentations deceived his advisory clients into believing their money was safe with him."

Télécharger le document

Date de publication: 8 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

Le conseil scientifique des indices de Nyse Euronext a décidé de faire entrer deux valeurs simultanément dans le CAC 40. Natixis et Publicis remplacent ainsi Dexia et Lagardère. Ces modifications seront effectives à compter de la séance boursière du 20 septembre.

Pour prendre cette décision, les huit membres qui composent le conseil scientifique des indices de Nyse Euronext se sont basés sur 2 critères : le poids du capital flottant et la liquidité des titres.

Au-delà de ces deux éléments, les huit membres du conseil disposent d'une relative liberté de choix. Vendredi, pour la première fois depuis 2007, ils ont opté pour deux entrées et deux sorties simultanées.

Dexia et Lagardère seront introduites dans l'indice Next20, antichambre du CAC, avec Edenred et Rhodia, tandis qu'Atos Origin et Foncière des Régions en sont retirées en plus de Natixis et de Publicis.

Cinq valeurs intègrent en outre le SBF 120 - Bull, Faiveley Transport, Medica, Rubis et Sequana, tandis que six en sont retirées - Beneteau, Bonduelle, Ciments français, Euler Hermes, Sperian Protection et Vilmorin.

Télécharger le communiqué de presse

Télécharger le document

Date de publication: 8 sept. 2010
Auteur: YB
Noter cette article :

La BCE a annoncé le détail des opérations de refinancement dont le règlement interviendra entre le 17 octobre 2010 et le 18 janvier 2011

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne a décidé de prolonger ses mesures de soutien aux banques, tout en notant une certaine amélioration du marché monétaire. Le regain de tension sur la dette souveraine le mois dernier incite sans doute l'institution à rester prudente.

La BCE continuera donc à réaliser ses opérations principales de refinancement sous la forme d'appels d'offres à taux fixe, la totalité des soumissions étant servie, aussi longtemps que nécessaire et au moins jusqu'à la fin de la douzième période de constitution de réserves de 2010, le 18 janvier 2011. Cette procédure d'appel d'offres sera également maintenue pour les opérations de refinancement exceptionnelles dont la durée correspond à une période de constitution de réserves, qui continueront d'être d'effectuées aussi longtemps que nécessaire et au moins jusqu'à fin 2010. Le taux fixe de ces opérations de refinancement exceptionnelles sera identique à celui retenu lors de l'opération principale de refinancement en cours.

En outre, le Conseil a décidé de conduire les opérations de refinancement à plus long terme d'une durée de trois mois dont le règlement doit intervenir le 28 octobre, le 25 novembre et le 23 décembre 2010 sous la forme d'appels d'offres à taux fixe, la totalité des soumissions étant servie.

Le taux des opérations d'une durée de trois mois sera égal à la moyenne des taux des opérations principales de refinancement effectuées sur la durée des opérations de refinancement à plus long terme respectives.